Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Etats-Unis: Zuma appelle à rendre les règles du jeu économique plus équitable

Imprimer PDF

NEW YORK, Etats-Unis, 21 septembre (Infosplusgabon) - En avertissant que l'Afrique ploie sous le double joug des disparités de l'économie mondiale et des flux financiers illégaux, le président sud-africain, Jacob Zuma a invité, mercredi, les Nations Unies à jouer un rôle central dans la lutte contre ces deux fléaux qui constituent un obstacle majeur à un développement global.

 

"La structure actuelle de l'économie mondiale continue à creuser le fossé entre le Nord et le Sud", a-t-il déclaré au débat de la 72ème assemblée générale annuelle. "Alors qu'un petit nombre jouit des avantages de la mondialisation, la majorité des populations du monde vivent encore dans la misère et la faim, sans aucun espoir de pouvoir même améliorer leurs conditions de vie.

 

"Il faut la volonté politique et l'engagement des dirigeants du monde pour relever les défis et surmonter les obstacles posés par cette structure qui ne s'est pas transformée de l'économie mondiale, si nous voulons atteindre les objectifs et réaliser les ambitions de l'Agenda 2030", a-t-il ajouté, en faisant allusion aux objectifs du développement durable (OMD) dont le but est d'éliminer une série de fléaux sociaux comme la faim et les maladies d'ici 2030.

 

M. Zuma a souligné que l'Afrique continuait à perdre une part importante de ses ressources dans le cadre des flux financiers illégaux, des milliards de dollars qui auraient pu être utilisés pour développer le continent et prendre en charge l'éducation, les soins de santé et le logement et autres besoins élémentaires de ces populations. Le blanchiment d'argent, la corruption et le prix des transfert entre les sociétés multinationales étant à ses yeux les plus gros problèmes à résoudre.

 

"Nous invitons à la coopération et à l'engagement de chaque Etat membre des Nations Unies et de la communauté internationale dans son ensemble pour lutter contre ce phénomène", a-t-il ajouté.

 

"Les pays développés en particulier, ont une obligation historique et morale de contribuer à un environnement économique mondial plus juste et d'éradiquer le fléau des flux financiers illicites en provenance du continent. L'ONU doit également être au coeur de la résolution de ce problème.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/GIL/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 4482 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES