Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Haftar perd le contrôle de la ville de Tarhouna, son dernier bastion dans l'Ouest de la Libye

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 5 juin (Infosplusgabon) - L'armée libyenne loyale au Gouvernement d'union nationale et les forces de soutien ont annoncé, vendredi matin, la prise de contrôle de la ville de Tarhouna, à 120 km Sud de Tripoli, dernier bastion détenu par les partisans du maréchal Khalifa Haftar, officialisant la défaite complète de son camp dans son offensive contre la capitale libyenne et la région occidentale du pays, lancée il y a 15 mois.

 

 

 

Le porte-parole des forces du Gouvernement d'union nationale, le colonel Mohamed Ganounou, a annoncé, vendredi, que "ses forces ont pris le contrôle toute la ville de Tarhouna".

 

Selon lui, "l'entrée des forces gouvernementales dans la ville s'est faite partir de quatre axes, jusqu'à ce qu'elle atteigne le centre-ville".

 

"Celles-ci "ont chassé les restes" des forces de Haftar qui se sont "enfuies" de Tarhouna, indique un communiqué publié par l'opération militaire "Volcan de la colère", affiliée au Gouvernement d'union nationale.

 

Les forces du Gouvernement d'union nationale avaient annoncé, jeudi,  la prise du contrôle total de la ville de Tripoli dont des zones à la périphérie Sud, notamment Aïn Zara et Wadi al-Rabii étaient aux mains de troupes de Haftar depuis l'offensive militaire le 4 avril 2019.

 

Ces victoires interviennent après la prise de contrôle, mercredi, de l'aéroport international de Tripoli, situé au Sud de la ville , marquant l'effondrement des troupes de Haftar, qui ont enregistré une série de revers depuis la perte de villes de Sabratha et de Sorman, ainsi que plusieurs localités sur le littoral Ouest du pay,s en plus la base arienne stratégique d'al-Wattia, à 140 km Sud-Ouest de Tripoli.

 

Depuis le soutien militaire apporté par la Turquie au Gouvernement d'union nationale, dans le cadre d'un accord de coopération de sécurité et militaire signé le 27 novembre 2019, les rapports de forces se sont renversés, avec un net avantage des forces gouvernementales, qui a ont accumulé victoire sur victoire, expulsant les partisans de Haftar de plusieurs territoires, malgré l'appui militaire des Emirats arabes unis, de la Russie et de l'Egypte.

 

Lancée le 4 avril 2019, au moment où la Mission d'appui des Nations unis en Libye (MANUL) s'apprêtaient à organiser un Forum inclusif inter-libyen, après de nombreux mois de préparation, l'offensive de Hafatr pour prendre le contrôle de Tripoli et la région de l'Ouest et renverser le Gouvernement d'union nationale reconnu par la communauté internationale, a plongé le pays dans une impasse politique sans précédent.

 

Cet échec de l'offensive militaire aura de lourdes répercussions pour le maréchal Khalifa Haftar, au plan militaire et politique, selon les analystes, qui tablent sur un retournement de situation aux effets d'un boomerang qui pourrait lui être fatal en le marginalisant aussi bien dans ses bastion à l'Est du pays qu'au niveau national.

 

Jeudi soir, le président du Conseil présidentiel, Fayez al-Sarraj, a affirmé, lors de sa visite en Turquie, qu'il ne s'assoira plus jamais avec Haftar pour négocier, évoquant les torts qu'il a infligés aux Libyens

 

La reprise des pourparlers militaires dans le cadre de la Commission militaire mixte conjointe 5+5, sous la supervision des Nations unies, destinés à conclure un cessez-e feu, s'annonce difficile.

 

Les positions pourraient, à la lumière des évolutions sur le terrain, amener à une plus grande rigidité dans les positions, notamment pour le camp du Gouvernement d'union nationale, qui ne manquera pas de placer la barre très haute, en exigeant une réédition, sans plus ni moins.

 

 

FIN/ INFOSPLUSGABON/ART/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 4124 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES