Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Le gouvernement du Botswana envisage des réformes agraires

Imprimer PDF

Gaborone, Botswana, 15 août (Infosplusgabon) - Le gouvernement du Botswana a proposé de nouveaux changements dans l'attribution des terres résidentielles et agricoles à l'échelle nationale.

 

 

Le ministre de la Gestion des terres, de l'Eau et des Services d'assainissement, Kefentse Mzwinila, a déclaré lors d'une conférence de presse sur les terres, l'eau et l'assainissement à Gaborone que le dernier parlement en session d'hiver avait approuvé un projet de loi pour mettre en œuvre des réformes agraires.

 

Selon la nouvelle loi, toutes les nouvelles demandes de terres ne se verront attribuer qu'une seule parcelle dans les zones rurales ou urbaines.

 

Il a indiqué qu'il y a eu une révision de la politique foncière sur les demandes de terres matrimoniales : les conjoints qui, dans le passé, se sont vu refuser la propriété de terres s'ils étaient mariés en vertu de la clause de "communauté de biens " peuvent désormais demander des parcelles.

 

"Nous avons une situation grave en ce qui concerne l'attribution des terres où certains citoyens possèdent plus de 10 parcelles résidentielles dans les zones rurales ou dans les villes alors que d'autres n'ont rien du tout. J'exhorte tous ceux qui ont fait de multiples demandes d'attribution de terres à céder toutes les parcelles et à rester avec une seule demande".

 

Mzwinila a déclaré que ceux qui se sont vus attribuer plusieurs parcelles avant l'adoption et l'approbation du projet de loi sur la réforme agraire les conserveront, mais que les demandeurs actuels non attribués et les nouvelles demandes ne seront pas autorisés à posséder plus d'une parcelle.

 

Les anciennes règles foncières insistaient sur le fait que les citoyens ne devaient pas posséder plusieurs parcelles dans un rayon de 100 km les unes des autres.

 

Cependant, la règle foncière n'a jamais fonctionné parce qu'il y a un grand nombre de personnes qui possèdent plus de 10 parcelles résidentielles dans la capitale, Gaborone, et dans d'autres villes. Les parcelles sont normalement utilisées à des fins commerciales, louées à des demandeurs d'hébergement.

 

"Il y aura une évaluation dans l'attribution des terres agricoles. Les demandeurs devront démontrer qu'ils sont capables d'utiliser les terres agricoles avant qu'on leur attribue des terres. Il y a beaucoup de terres agricoles en propriété que les propriétaires n'ont pas utilisées depuis des années, donc avec les nouvelles attributions de terres, les terres agricoles ne seront données qu'à ceux qui les utiliseront", a déclaré Mzwinila.

 

Le ministre a déclaré que les longues attentes en matière d'attribution des terres appartiendront au passé et a incriminé la répartition de la population qui, a-t-il déclaré, n'a pas respecté les ressources en eau du pays.

 

Mzwinila a déclaré que la croissance des colonies est freinée par la rareté de l'eau dans le pays car le Botswana est un pays semi-aride qui dépend principalement de l'eau souterraine, dont 60 pour cent est la ligne de vie de presque toutes les colonies du pays.

 

La demande en eau augmente également avec les nouvelles allocations de parcelles, tandis que le changement climatique a également affecté les nappes phréatiques dans l'ensemble du pays, aggravant ainsi le stress hydrique existant.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AED/GABON2019

 

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2378 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES