Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La police zimbabwéenne affirme que les manifestations de l'opposition sont une ruse

Imprimer PDF

Harare, Zimbabwe, 15 août (Infosplusgabon) - La police zimbabwéenne affirme que les manifestations "pacifiques" prévues à partir du 16 août par le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) visent à semer la violence et le chaos.

 

Une allégation qui, selon certaines sources, traduit la panique au sein du gouvernement.

 

"La Police de la République du Zimbabwe (ZRP) informe la nation qu'en se fondant sur les notifications données par le MDC 'A' aux autorités pour organiser des manifestions à Harare, Bulawayo, Gweru, Masvingo, Mutare et les villes environnantes, les 16, 19, 20, 21 et 22 août 2019, et les éléments de preuve concrets et les renseignements sur le terrain, il s'avère en réalité que ces soi-disant manifestations "pacifiques" donneront lieu à des incidents violents", a déclaré, jeudi, Paul Nyathi, commissaire adjoint de la ZRP.

 

"La ZRP contrôle totalement la situation et donc ne se laissera pas distraire par les insinuations selon lesquelles les manifestations seront "pacifiques"  alors que sur le terrain la situation laisse clairement indiquer une mobilisation violente des soi-disant manifestants. La police réaffirme que les services de sécurité ne croiseront pas les bras pour laisser la violence, la destruction de biens, l'intimidation, les menaces et les actes violents nocturnes clandestins prendre le dessus".

 

Selon M. Nyathi, ils ont trouvé des sacs de granit et de lances-pierres à plusieurs endroits du centre des affaires de Harare, des preuves du caractère réellement violent des protestations prévues demain.

 

"La population est priée de rester pacifique et de continuer à vaquer à ses occupations quotidiennes. La ZRP assure à tous les citoyens sa détermination à assurer la loi et l'ordre à travers le pays sans peur ni crainte", a martelé ce dernier.

 

Cette déclaration survient au lendemain d'une réunion du gouvernement pour implorer les citoyens de s'abstenir de toute violence à la veille des manifestations.

 

"Au vu des manifestations prévues par l'Alliance MDC de l'opposition, le gouvernement implore tous les Zimbabwéens de rejeter la violence et l'intimidation qui sont contre-productifs et néfastes à la pleine jouissance de la liberté par les Zimbabwéens épris de paix, tel que prévu dans la Constitution", a déclaré Monica Mutsvangwa, ministre de l'Information et des Services de radiodiffusion.

 

"Le gouvernement appelle tous les Zimbabwéens progressistes à refuser de se laisser utiliser par des forces négatives pour déstabiliser leur pays, ce qui ne fera que prolonger leurs difficultés que le gouvernement s'efforce sans relâche de résoudre de manière plus durable".

 

A la veille des manifestations, le leader des jeunes du MDC, Blessing Kanotunga, et un activiste des droits de l'homme, Tatenda Mombeyarara, ont été enlevés, torturés et interrogés par des inconnus.

 

Zimbabwe Lawyers for Human Rights affirme que les deux hommes ont été sévèrement blessés et sont actuellement admis à l'hôpital.

 

D'après certaines sources, le Président Emmerson Mnangagwa est à l'origine de ce vent de panique au sein du gouvernement car craignant pour son fauteuil.

 

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AED/GABON2019

 

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2280 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES