Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La Médiation internationale condamne les atteintes gravissimes à l'unité nationale du Mali

Bamako, Mali, 20 juillet (Infosplusgabon) - La Médiation internationale et son chef de file, l’Algérie, ont suivi "avec indignation et consternation les évènements inadmissibles survenus dans la ville de Kidal le 17 juillet 2019, lorsqu’un groupe de manifestants a délibérément saccagé et vandalisé les symboles d’État, notamment, en mettant le feu au drapeau national", annonce un communiqué parvenu  à la  presse , à Bamako.

 

 

La Médiation internationale condamne avec la dernière énergie ces atteintes gravissimes à l’unité nationale du Mali qui ont choqué l’opinion nationale et internationale, indique le communiqué.

 

Elle en appelle à l’ensemble les citoyens de la région de Kidal, dans l'extrême-nord du Mali, à se désolidariser de ce genre de comportement qui ternit leur image et constitue une violation de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, et encourage toute initiative visant à consolider la cohésion sociale et le vivre ensemble entre les différentes communautés.

 

La Médiation internationale prend acte des déclarations de condamnation des parties maliennes, appelle la Coordination des mouvements armés du nord-Mali (CMA) à jouer un rôle responsable pour un meilleur encadrement des populations, poursuit le communiqué.

 

Elle exhorte les responsables de la CMA à respecter leurs engagements pris lors de la troisième réunion du Comité de suivi de l'Accord (CSA) de haut niveau, en date du 17 juin 2019, relatif au retour effectif des symboles de l’État dans la région de Kidal, tout comme elle encourage le gouvernement malien à accélérer le redéploiement de l’Administration et le rétablissement des services sociaux de base.

 

La Médiation internationale exige une enquête dans les meilleurs délais et rappelle que ceux qui entravent la mise en œuvre de l’Accord pour la paix s’exposent aux sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies.

 

Mercredi, lors d'une manifestation à Kidal, organisée par les jeunes, les femmes et des notabilités, le drapeau malien a été traîné par terre et brûlé.

 

Les manifestants protestaient, ainsi, contre la venue de députés maliens dans cette localité pour la montée, dans certaines administrations, du drapeau du Mali en lieu et place du drapeau des indépendantistes du Mouvement pou Libération de l'Azawad (MNLA), pourtant signataire de l'Accord de paix e de réconciliation au Mali.

 

L'Accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger a été signé en mai-juin 2015 par le gouvernement malien, les groupes armés du nord-Mali dont le MNLA, et la communauté internationale, en vue de parvenir à une paix définitive au Mali, après une série de rébellions touarègues qu'a connus ce pays  depuis le début des années 1960.

 

Cet Accord affirme l'intégrité et l'inviolabilité du territoire malien qui couvre 1.240.000 km2 dont 2/3 du nord-Mali quasi-désertique.

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ZUR/GABON2019

 

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1997 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES