Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Etats-Unis : Le monde a assisté à une augmentation "stupéfiante" des urgences climatiques au cours des 20 dernières années, selon des chercheurs de l'ONU

Imprimer PDF

New York, États-Unis, 14 octobre (Infosplusgabon) - Les 20 premières années de ce siècle ont vu une augmentation "stupéfiante" des catastrophes climatiques, ont déclaré, lundi, des chercheurs de l'ONU, tout en affirmant que "presque toutes les nations" n'ont pas réussi à empêcher une "vague de décès et de maladies" causée par la pandémie de la COVID-19.

 

Dans une déclaration des Nations Unies contenue dans un appel urgent lancé aux pays pour qu'ils se préparent mieux à tous les événements catastrophiques - des tremblements de terre et des tsunamis, aux menaces biologiques telles que le nouveau coronavirus - les données du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) indiquent que les nations riches ont peu fait pour lutter contre les émissions nocives liées aux menaces climatiques qui constituent aujourd'hui la majeure partie des catastrophes.

 

"Les organismes de gestion des catastrophes ont réussi à sauver de nombreuses vies grâce à une meilleure préparation et au dévouement du personnel et des bénévoles. Mais les risques continuent de s'accumuler contre eux, en particulier dans les pays industrialisés qui échouent lamentablement dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre", a déclaré Mami Mizutori, chef de l'UNDRR et représentant spécial du Secrétaire général pour la réduction des risques de catastrophe.

 

Selon le rapport de l'UNDRR - produit avec le Centre de recherche sur l'épidémiologie des catastrophes de l'UCLouvain (Belgique) - 7 348 catastrophes ont été enregistrées dans le monde au cours des deux dernières décennies.

 

Environ 1,23 million de personnes sont mortes - environ 60 000 par an - et plus de quatre milliards ont été touchées au total, dont beaucoup plus d'une fois.

 

 

Selon la déclaration, ces deux décennies de catastrophes ont également causé 2,97 milliards de dollars de pertes pour l'économie mondiale, les données indiquant également que les nations les plus pauvres ont connu des taux de mortalité plus de quatre fois supérieurs à ceux des nations riches.

 

 

En comparaison, la période précédente de 20 ans (1980 à 1999) a vu 4 212 catastrophes signalées suite à des risques naturels, avec 1,19 million de morts, plus de trois milliards de personnes touchées et des pertes économiques totalisant 1,63 trillion de dollars.

 

 

 

Selon la déclaration, bien qu'un meilleur enregistrement et une meilleure notification des catastrophes puissent contribuer à expliquer une partie de l'augmentation au cours des deux dernières décennies, les chercheurs ont insisté sur le fait que l'augmentation significative des urgences liées au climat était la principale raison de ce pic, les inondations représentant plus de 40% des catastrophes - touchant 1,65 milliard de personnes - les tempêtes 28%, les tremblements de terre (8%) et les températures extrêmes (6%).

 

 

 

"Cela montre clairement que dans un monde où la température moyenne en 2019 était de 1,1 degré Celsius et supérieure à celle de la période préindustrielle, les impacts se font sentir dans la fréquence accrue des événements météorologiques extrêmes, y compris les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations, les tempêtes d'hiver, les ouragans et les incendies de forêt", a déclaré l'UNDRR.

 

 

 

Malgré l'engagement pris par la communauté internationale à Paris en 2015 de réduire l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, Mme Mizutori a ajouté qu'il était "déconcertant" que des nations continuent sciemment à "semer les graines de notre propre destruction, malgré la science et les preuves que nous sommes en train de transformer notre seule maison en un enfer inhabitable pour des millions de personnes".

 

 

 

En ce qui concerne la pandémie COVID-19, qui a "mis en évidence de nombreuses lacunes dans la gestion des risques de catastrophe (en dépit) des avertissements répétés", le rapport de l'UNDRR a recommandé aux gouvernements de prendre des mesures urgentes pour mieux gérer ces catastrophes qui se chevauchent.

 

 

 

Parmi ces dangers, on trouve les "facteurs de risque" connus, tels que la pauvreté, le changement climatique, la pollution atmosphérique, la croissance démographique dans des endroits dangereux, l'urbanisation incontrôlée et la perte de biodiversité.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/OOL/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Newsflash

Abonnez-vous au journal en ligne Infosplusgabon via le kiosque  numérique de la  sogapresse !

https://www.e-kiosque-sogapresse.com/fr/a-la-carte/quotidienne/infos-plus-gabon/infos-plus-gabon-20-10-2020.html

 

AU SOMMAIRE DE l'EDITION  DU 20  OCTOBRE 2020

► Dossier : Les agences de notation : Prophètes des temps modernes ou prestidigitateurs ?

► Les contrats en Afrique : les jeux sont faits !

►Gabon : La fragilité des appels d'offres et des partenariats démobilisent les jeunes concepteurs

► Afrique : La COVID-19  a  fait plus de 1,57 million de cas dont 38.396 décès

►France : Un hommage national sera rendu à Samuel Paty le 21 octobre 2020 à la Sorbonne, Paris

► Cours de change du franc  CFA  d’Afrique  centrale

 

Toutes les autres informations, au quotidien, en ligne  24h/24 via www.infosplusgabon.com

Infos Plus Gabon ! - Le Journal numérique en ligne  qui vous accompagne partout. Abonnez-vous  !

Lire également le numéro précédent  :

https://www.e-kiosque-sogapresse.com/fr/a-la-carte/quotidienne/infos-plus-gabon/infos-plus-gabon-13-10-2020.html