Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Le bras de fer entre pouvoir et opposition sur les réformes vu par la presse togolaise

Imprimer PDF

LOME,  Togo, 18 septembre (Infosplusgabon) - Le bras de fer entre le pouvoir et l’opposition dans les rues et à l’Assemblée nationale sur la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles, est largement commenté par la presse togolaise, a-t-on noté dans les kiosques, ce lundi à Lomé.

 

Après les mobilisations pour revendiquer des réformes, le projet de loi portant révision constitutionnelle étudié à l’Assemblée nationale, la semaine dernière, n’a pas abouti à une sortie de crise faute de consensus sur le texte.

 

Le pouvoir accuse l’opposition de radicalisme et d’éviter les débats à l’Assemblée nationale. L’opposition, quant à elle, doigte le pouvoir de faire du dilatoire pour imposer un texte qui ne cadre pas avec la volonté populaire.

 

«Faure Gnassingbé donne raison à l’opposition et au peuple», titre "Liberté" pour qui, il faut «la mobilisation pour lui faire entendre raison».

 

Sur le même sujet, "La Lanterne" titre : «L’opposition s’énerve et appelle ses militants à descendre dans la rue».

 

Face au regain de tensions, dû au dialogue de sourds à l’Assemblée nationale, Tingo-Tingo  écrit que «le bras de fer se poursuit entre pouvoir et opposition».

 

«Déjà, des prémices de blocage qui va conduire au référendum», annonce "Togo Réveil", car, écrit le journal, si le texte n’est pas voté par les 4/5e des députés, «le chef de l’Etat qui dispose des 2/3 des députés peut «recourir au peuple pour trancher par référendum», prévient "Togo Réveil".

 

Même son de cloche chez "Le Messager" qui titre : « les 4/5e des députés ou le référendum».

 

Certains journaux qui croient en une solution à l’Assemblée y apportent de leurs commentaires. "Le Libéral", à propos du texte sur la révision constitutionnelle envoyé aux représentants du peuple, parle de «patates chaudes entre les mains des députés".

 

"La Dépêche" appelle les députés à faire face à «leurs responsabilités», car, souligne-t-elle, «ils seront comptables devant l’histoire si ce projet n’aboutit pas conformément aux désirs des Togolais».

 

«Où va le Togo de Faure Gnassingbé ? », s’interroge "Le Dauphin", face au radicalisme des deux camps.

 

Comme réponse, "Flambeau des Démocrates" écrit : « ça sent le roussi », car, souligne le journal, «l’opposition ne désarme pas».

 

«La rue peut-elle chasser Faure Gnassingbé dans le contexte togolais», lance "L’Eveil de la Nation" tandis que "Chronique de la semaine" accuse l’opposition d’opter pour «un coup d’Etat en exigeant le départ de Faure Gnassingbé».

 

Pour "L’Indépendant Express", «le printemps rouge est amorcé (ndlr : allusion aux couleurs du Parti national panafricain (PNP, opposition) qui a déclenché le mouvement en août dernier). Selon le journal, «la monarchie des Gnassingbé est sous menace».

 

Vu la situation délétère dans le pays, "Togo Matin" évoque «deux équations à plusieurs inconnues» et écrit que «seul le dialogue constitue l’enjeu et le défi à venir».

 

Cependant, la question de dialogue qui a laissé un goût amer aux Togolais face aux attitudes de la communauté internationale de part le passé, pousse "L’Alternative" à mettre en doute des actions de certains responsables d’institutions internationales qui défilent à Lomé pour apporter leurs bons offices.

 

Le journal constate que la venue de Ibn Chambas, Représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest constitue «une bouée de sauvetage pour Faure Gnassingbé».

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/KLP/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 4876 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES