Vaccination gratuite dans les réserves béninoises pour contrer l'épizootie d'hippopotames

Imprimer

COTONOU,  Bénin, 18 septembre (Infosplusgabon) - Le gouvernement béninois va faire administrer des doses vaccinales gratuites pour combattre l’épizootie des hippopotames qui sévit dans les réserves, apprend-on ce lundi à Cotonou auprès du ministère de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche.

 

Selon une décision récente du gouvernement, suite au constat d’épizootie qui décime la population d’hippopotames dans la réserve de la Pendjari, il a été décidé que la dose vaccinale cédée à cinquante FCFA aux éleveurs soit gratuite, avec obligation pour les éleveurs de faire vacciner leurs animaux".

 

Outre cette décision que les cadres dudit ministère s'appliquent à mettre en œuvre, des mesures urgentes ont été prises en attendant que le diagnostic d’infection par "Bacillus anthracis" soit confirmé par un laboratoire de référence sollicité en Allemagne, dans les délais les plus courts.

 

Une équipe de veille installée par le Centre national de gestion des réserves et de faune (CENAGREF) et appuyée par la firme African Parks Network (APN) est instruite de suivre quotidiennement l’évolution de la situation.

 

Du fait de son expertise en la matière, l’APN doit se mettre en relation avec les services vétérinaires, le CENAGREF et autres structures en charge de la gestion des parcs pour proposer un plan de réaction rapide.

 

Le département de l’Atacora, dans sa zone ouest, étant en endémicité de charbon bactéridien, la direction départementale de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche et le Projet de lutte contre le charbon bactéridien ont été instruits de démarrer, sans délai, des séances de sensibilisation en direction des populations.

 

Entre autres actions urgentes à engager, la mise en place d’une équipe de recherche des carcasses pour ensevelissement dans un rayon de 5 km autour de la mare, la gestion des carcasses autour de la mare aux canards (équarrissage puis enfouissement en profondeur raisonnable avec de la chaux vive), le marquage des lieux d’enfouissement pour qu’ils soient reconnaissables de loin et l’isolement des champs maudits.

 

Selon un rapport des services compétents, il ressort des visites effectuées sur le terrain et des premières investigations menées que le parc de la Pendjari est confronté à la mortalité des hippopotames, et que des mortalités similaires avaient été en effet enregistrées courant 2014.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AUI/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon