Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

HRW exhorte le gouvernement intérimaire de la Libye à œuvrer pour le retour d'une députée enlevée il y a un mois

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 17  août (Infosplusgabon) - L'Organisation humanitaire, Human Rights Watch (HRW) a demandé au gouvernement provisoire basé dans l'Est de la Libye "à déployer tous les efforts possibles pour assurer le retour en toute sécurité de Seham Sergewa, une parlementaire enlevée à son domicile à Benghazi, le 17 juillet 2019".

 

Le gouvernement intérimaire, qui contrôle Benghazi et revendique une légitimité en Libye, a affirmé que lui-même ou des forces liées à l’Armée nationale libyenne (LNA), n'ont joué aucun rôle dans l’enlèvement de Sergewa, a rappelé HRW; le ministre de l'Intérieur, Ibrahim Bouchnaf, a imputé le rapt à des "groupes terroristes non identifiés qui ont infiltré Benghazi".

 

Mais l'organisation des droits de l'homme basée à New York a indiqué, toutefois, que des membres de la famille et des habitants de Benghazi ayant eu connaissance du drame, ont déclaré que des groupes affiliés à la LNA étaient à l'origine de l'enlèvement et que certaines voitures utilisées lors de l'opération avaient aidé à les identifier.

 

"Blâmer l'enlèvement d'une députée qui se prononce ouvertement sur des terroristes non identifiés ne permet pas de savoir où elle se trouve", a déclaré Eric Goldstein, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Human Rights Watch cité par le communiqué, ajoutant que "les autorités doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour identifier les ravisseurs, localiser Sergewa et garantir la protection de sa famille».

 

Ibrahim Bouchnaf a déclaré que les assaillants avaient également tiré sur le mari de Sergewa et une autre personne non identifiée, a rapporté HRW, qui indique que la famille de Sergewa basée aux États-unis a déclaré que le mari avait été blessé par balles aux yeux et à la jambe et qu'il est dans un hôpital de Benghazi où son état de santé reste incertain.

 

HRW a affirmé qu'"on reproche à Sergewa de se déclarer ouvertement opposée à la poursuite de l’assaut militaire par le commandant de la LNA, le maréchal Khalifa Hiftar, sur la capitale, Tripoli, où est basé le gouvernement rival internationalement reconnu".

 

Dans une interview le 16 juillet, la nuit précédant son enlèvement, avec une chaîne de télévision pro-LNA, Al-Hadath, elle a réitéré son opposition au conflit armé en cours à Tripoli, a rapporté le communiqué, ajoutant qu'elle a déclaré son soutien à un gouvernement d'union en Libye et a dénoncé les "extrémistes" des deux camps.

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AED/GABON2019

 

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3163 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES