Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Condamnation unanime en Libye d'une attaque armée contre un poste de police dans le sud-est du pays

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 24  novembre (Infosplusgabon)  - Les différentes autorités en Libye ont été unanimes à condamner vigoureusement l'attaque armée de vendredi contre le poste de police de Tazerbou (sud-est) ayant fait 8 morts et 11 blessés dont des civils, qualifiant cet assaut de "terrorisme".

 

 

Un premier bilan avait fait état de 7 morts et 10 blessés, lors de cette attaque menée par un groupe composé de 15 véhicules équipés de canons anti-aérien et dont l'organisation Daech est soupçonnée.

 

Le Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale reconnu par la communauté internationale a condamné l'attaque "terroriste" perpétrée contre Tazerbou, appelant à unir les efforts pour lutter contre le terrorisme en Libye.

 

Dans un communiqué, le Conseil présidentiel a présenté "ses condoléances aux martyrs du devoir parmi des policiers tombés à la suite de ce crime, implorant Dieu d'accélérer le rétablissement des blessés".

 

Le conseil présidentiel a souligné que "de tels crimes ne feront que renforcer la volonté pour la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et exploiter toutes les possibilités pour y parvenir".

 

De son côté, la Chambre des représentants (Parlement) a condamné l'attaque contre le commissariat de police de la ville de Tazerbou, dans le sud-est de la Libye.

 

Le conseiller médias de la présidence de la Chambre des représentants, Fathi al-Mreimi, a indiqué que le président du Parlement, Aguila Saleh, appelait "les autorités militaires et de sécurité à œuvrer pour arrêter les auteurs de cet acte terroriste consistant à tuer des innocents et à blesser de nombreux citoyens ainsi que la destruction d'installations publiques et privées et à les traduire en justice".

 

Le Haut Conseil d'Etat a également condamné, de son côté, l'attaque contre un commissariat de police dans la municipalité de Tazerbou ayant entraîné la mort de plusieurs personnes.

 

Le Haut Conseil a estimé dans une déclaration que l'attaque était contraire à l'éthique de notre religion, de ses enseignements et de ses normes humanitaires, appelant le gouvernement à s'acquitter de son obligation d'élargir la sécurité et de protéger la vie des citoyens et à prendre des mesures pour libérer les personnes enlevées et d'arrêter les personnes impliquées dans cette opération.

 

Le Conseil a expliqué que "ces opérations terroristes et pratiques criminelles exploitent la division politique pour créer l'instabilité", appelant "toutes les parties nationales à s'unir et à intensifier leurs efforts face à ces groupes voyous".

 

Il a réitéré l'appel lancé aux membres de la Chambre des représentants pour faire face aux retombées nationales et accélérer l'unification de des institutions du pays".

 

On rappelle que depuis sa défaite dans son fief de Syrte (centre) quelle avait transformé en 2015 en un Emirat, l’unique en dehors des bastions traditionnels de l’organisation en Irak et en Syrie, Daech en Libye, ou ce qui en reste, a fui dans le désert, se livrant de temps en temps à des attaques aussi spectaculaires que meurtrières.

 

Les restes de Daech s’en prennent régulièrement aux postes de sécurité situés en dehors ou à la périphérie des villes libyennes, les attaquant par surprise avant d’étendre leur champ d’action dans les centres urbains, notamment à Mistara, à 220 km à l'est de Tripoli, et dans la capitale libyenne, Tripoli.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/LKM/GABON2018

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 6356 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES