Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Le parti présidentiel tunisien porte plainte contre le Premier ministre Youssef Chahed

Tunis, Tunisie, 24  novembre (Infosplusgabon) -  Slim Riahi, secrétaire général du mouvement Nidàa Tounés, le parti du président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a annoncé vendredi qu’il avait déposé jeudi une plainte au tribunal militaire de Tunis contre le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et d’autres personnalités de son entourage, des politiques et des membres de la sécurité, qu'il accuse de ''planifier et de tenter un coup d'Etat''.

 

 

Dans un entretien accordé à l'agence Tunis Afrique Presse (TAP, officielle), M. Riahi a précisé que la plainte ''est aujourd'hui entre les mains de la justice'' et qu'il est ''à la disposition de la justice comme témoin dans cette affaire pour présenter toutes les données à sa disposition concernant le sujet du coup d'Etat''.

 

Cette plainte a été déposée ''compte tenu de la gravité de la situation'', a-t-il dit, soulignant qu’il y a un coup d’Etat qui se prépare actuellement.

 

Il a révélé ''l'existence de plusieurs témoins et des parties concernées, ainsi que des données qui prouvent l'affaire''.

 

Pour lui, ''l'objectif principal de cette démarche est de protéger le processus démocratique en Tunisie dans cette période sensible dans laquelle se trouve le pays''.

 

Le mouvement Nidàa Tounés avait, le 6 novembre dernier, accusé le Premier ministre tunisien et le mouvement Ennahda d'être derrière ce qu'il a appelé ''une tentative de s'emparer du siège du parti, le 03 novembre, par un groupe payé pour casser le siège''.

 

Le bloc parlementaire du Nidàa Tounés n'a pas assisté, le 12 novembre, à la séance plénière du Parlement consacrée au vote de confiance en faveur des membres du nouveau gouvernement, nommés par le Premier ministre, le 05 du même mois, rappelle-t-on.

 

Les dirigeants du Nidàa Tounés et de l'Union nationale libre avaient annoncé, le 17 novembre dernier, la fusion des deux partis, rappelle-t-on.

 

Nidàa Tounés avait aussi, le 14 septembre dernier, décidé le gel du poste du chef du gouvernement comme membre du bureau exécutif du mouvement, créant un débat dans les milieux du mouvement, notamment au niveau des structures régionales et locales et au niveau du bloc parlementaire dont le nombre des députés a baissé pour atteindre 46 parlementaires.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/LKM/GABON2018

 

 

© Copyright Infosplusgabon

 

 

Qui est en ligne!

Nous avons 6338 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES