Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La communauté internationale ne va pas dicter sa loi aux Togolais, selon Jean-Pierre Fabre

Imprimer PDF

LOME, Togo,  6 octobre (Infosplusgabon) - Le chef de file de l’opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre, s’est élevé contre la Communauté internationale qui veut dicter sa loi aux Togolais, à l’issue de la marche de ce jeudi pour réclamer le retour à la constitution de 1992, a-t-on  constaté  sur  place.

 

« Nous, c’est nous. L’extérieur ne vas pas nous dicter sa loi », a vociféré Jean-Pierre Fabre, commentant un communiqué conjoint de la CEDEAO, de l’Ua et du Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (Unowas) appelant le gouvernement togolais à « fixer une date pour l’organisation du référendum sur le projet de loi constitutionnelle ».

 

Pour le leader de l’Anc, « ce que les Togolais exigent, ce n’est pas l’organisation d’un référendum, mais le retour à la constitution de 1992 avec les conséquences qui en découlent, c’est-à-dire le départ de Faure Gnassingbé ».

 

Aussi, s’insurge-t-il contre la CEDEAO qui, selon lui, est une institution « habituée des faits accomplis et aux forfaitures ».

 

« La CEDEAO, on s’en fout ! Elle ne va pas nous dicter des ordres. C’est aux Togolais de décider de leur sort », a-t-il martelé, rappelant au passage « l’intervention calamiteuse » de cette institution dans la crise au Burkina Faso ayant conduit au départ de Blaise Compaoré.

 

Quant à l’Union africaine, « on lui demande de connaître à fond le dossier togolais avant de se prononcer », a souligné Fabre.

 

Mercredi, la CEDEAO, l’Ua et l’Unowas ont rendu public un communiqué conjoint qui invite les acteurs politiques au référendum et à la retenue.

 

Un appel qui a suscité le courroux des manifestants ce jeudi, qui ont érigé des barricades, chassé des marchés les commerçants et obligé des boutiquiers à fermer.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/OIT/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2458 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

RDCongo, 7 septembre (Infosplusgabon) - La République démocratique du Congo (RDC) a signé, à Brazzaville, un accord avec la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour officialiser son adhésion au Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAC), en qualité de membre associé, a-t-on appris jeudi de sources officielles.