Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

L'eau, une ressource nécessaire au développement, selon le Conseil mondial de l'eau

Imprimer PDF

ABIDJAN, Côte d'Ivoire, 5 octobre (Infosplusgabon) - La seconde Conférence internationale sur l'eau et le climat, organisée mardi et mercredi à Marseille, en France, par le Conseil mondial de l'eau (Cme), a abouti à la conclusion de l'importance de plus en plus croissante de l'eau comme une ressource essentielle pour tout le développement humain et qui est aussi au cœur des effets du changement climatique, souligne un communiqué transmis à Infosplusgabon, jeudi.

 

Le vice-président du Cme, le Pr Dogan Altinbilek, a relevé que l'eau en tant que catalyseur et connecteur, est le lien commun essentiel en interrelation avec beaucoup de problématiques relevant des Objectifs de développement durable (Odd).

 

"Je crois fermement que l'eau loin d'être un problème est la solution et un facteur déterminant pour rendre le monde meilleur", a soutenu le Pr Altinbillek.

 

Les échanges ont porté aussi sur les Odd 11 relatifs aux villes et communautés durables et les Odd 2 portant sur l'éradication de la faim, l'atteinte de la sécurité alimentaire, l'amélioration de la nutrition et la promotion d'une agriculture durable.

 

Le financement a été analysé comme une question centrale dans l'agenda des dirigeants politiques mondiaux pour satisfaire les besoins d'investissements nécessaires.

 

Ainsi, les investissements nécessaires pour le développement des infrastructures d’accès à l'eau sont estimés à près de 255 milliards d'euros par an, quand pour l'éradication de la faim d'ici 2030, il faut 17,4 milliards d'euros par an.

 

La Conférence a permis de noter que la faim a augmenté pour la première fois en 2016 dans le monde au cours de ces dernières décennies, en avançant les causes liées aux conflits et à d'autres facteurs.

 

Les projections de déficit mondial en eau pourraient être de 40 pour cent d'ici 2030, suivant le scenario actuel sur le changement climatique. Une situation qui pourrait aboutir à un risque de conflits localisés dû à une forte demande, à une difficulté croissante de prises de décisions sur les allocations à faire et à limiter le développement de secteurs importants pour les Odd.

 

La session consacrée au suivi du lancement de l'Initiative l'eau pour l'Afrique fait lors de la première édition de cette Conférence et la 22ème Conférence sur la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 22) en  novembre 2016 à Marrakech, au Maroc, a souligné la nécessité d'attirer l'attention de la communauté mondiale sur l’intérêt d'aider les pays en développement en Asie, en Afrique et en Amérique latine pour s'adapter aux changements climatiques.

 

"Sans eau, nous serions une planète dépourvue de toute forme de vie. Une vérité fondamentale sur l'eau et son interrelation avec tous les aspects de la vie, est que sa gestion immodérée devient de plus en plus un obstacle pour faire face aux changements climatiques. Et apporter des solutions aux changements climatiques, est un pré-requis pour la paix", a déclaré le président de l'équipe de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Ccnucc) pour la COP 23, Sindra Sharma-Khushal.

 

 

Cette Conférence qui a enregistré la participation de plus de 150 experts internationaux, dirigeants politiques et ministres de l'Environnement, visait à focaliser la réflexion et à susciter une prise de conscience mondiale sur les questions cruciales relatives à la gestion de l'eau en prélude à la COP 23 prévue en novembre prochain à Berlin, en Allemagne, et au 8ème Forum mondial de l'eau prévu du 18 au 23 mars 2018 à Brasilia, au Brésil.

 

Lors de la COP 21, en décembre 2015 à Paris, en France, et de la COP 22 à Marrakech, les dirigeants mondiaux avaient pris l'engagement de consacrer 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 à la résolution des effets des changements climatiques et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/CVF/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2167 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

More than 250 journalists, human rights defenders, students, civil society groups and public institutions are expected to attend the 7th International Festival of Freedom of Expression from 8 to 11 November in Ouagadougou.