Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Congo : Appel au boycott des élections législatives et locales par le mouvement citoyen "Ras le bol"

Congo-Politique-Mouvement citoyen

LIBREVILLE, 27 juin (Infosplusgabon) - Un mouvement citoyen dénommé "Ras-le-bol" a organisé lundi à Brazzaville une brève campagne de sensibilisation invitant les Congolais à ne pas participer aux élections législatives et locales du 16 juillet prochain.

 

 

Pour le coordonnateur de ce mouvement, Franck Nzila, le Congo n’a pas connu d'avancées significatives, malgré l’organisation d'élections, et par conséquent, point n'est besoin de se soumettre à ce devoir citoyen.

Ce mouvement a lancé une campagne "Prenons nous en charge" pour sensibiliser les Congolais sur les différentes thématiques sociales qui minent la vie du pays, en distribuant. des dépliants.

"Tout le mouvement lance un cri d’alarme pour dire aux Congolais qu’il y a eu beaucoup d’élections dans ce pays, mais rien n’a changé. A ce sujet, nous demandons au peuple congolais de rester chez lui le 16 juillet. Qu’il n’aille pas voter parce que les élections ne changent pas son vécu quotidien", est le message en direction des populations.

Adjoint au coordonnateur du mouvement, Charlin Kignouani estime qu’il faut commencer par régler les problèmes de fond, notamment "la gouvernance démocratique, la mauvaise redistribution des richesses, la corruption, l’impunité, le manque de transparence, les arrestations arbitraires, le tribalisme, le détournement de l’argent public avant de parler des élections".

"Il faut donner la possibilité à tous les leaders politiques de participer aux élections. Ce qui implique la libération des principaux leaders politique incarcérés à la Maison d’arrêt de Brazzaville. Il faut aussi poursuivre les mauvais gestionnaires des entreprises publiques", a-t-il poursuivi.

Il a expliqué qu’ils ont choisi de manifester devant le Centre hospitalier et universitaire (CHU), le plus grand centre hospitalier du Congo, pour dénoncer le scandale qui se déroule dans cet établissement.

"Il n’est pas normal qu’un grand centre hospitalier comme le CHU qui se trouve dans la capitale politique du Congo fasse 30 morts par jour faute de matériel adéquat. Pendant ce temps, les ministres voyagent pour se soigner à l’étranger et le CHU reste mal géré et abandonné", at-il dénoncé.

Il a aussi dénoncé le chômage qui fait aujourd’hui 60 pc des jeunes sans-emplois, selon leurs propres chiffres. Sans oublier le fait que l’électricité reste instable, malgré les discours et les promesses autour de 170 milliards investis dans le barrage d’Imboulou.

Il a rappelé les 28 mois d’arriérés de salaires des employés du Conseil national de lutte contre le SIDA (CNLS) et la situation catastrophique de la compagnie aérienne ECAIR.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/NBV/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2166 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES