Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

L’armée de l'air nigériane détruit les installations logistiques et structures de Boko Haram dans la région du nord-est

Imprimer PDF

Abuja, Nigeria, 26  février (Infosplusgabon) - L'armée de l'air nigériane (NAF) a annoncé mardi que ses avions, déployés dans le cadre de la force opérationnelle aérienne (ATF) de l'Opération LAFIYA DOLE, avaient détruit les structures et les installations logistiques de Boko Haram Terrorist (BHT) à Garin Maloma et Parisu dans la zone générale de la forêt de Sambisa, dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

 

Le porte-parole de la NAF, le général de brigade aérienne, Ibikunle Daramola, a indiqué dans un communiqué que les frappes aériennes avaient été menées les 23 et 24 février 2020, dans le cadre de l'opération RATTLE SNAKE 3 en cours.

 

M. Daramola a déclaré que les attaques étaient devenues impératives car il a été confirmé "sur la base de renseignements crédibles" que les terroristes de Boko Haram qui avaient perpétré l'attaque sur Garkida dans l'Etat d'Adamawa, dans laquelle toutes les églises de la ville ont été incendiées et un soldat a été tué le week-end dernier, provenaient de camps situés dans la zone de la forêt de Sambisa.

 

Il a expliqué que les avions de combat de l'armée de l'air ont été envoyés "pour pilonner les deux endroits, détruisant plusieurs structures abritant les terroristes ainsi que certains de leurs magasins logistiques qui ont été engloutis par les flammes".

 

Selon certaines sources, le juge en chef des terroristes de Boko Haram récemment nommé, M. Muhammad Shuwa, a été tué lors d'une opération de raid aérien.

 

Des sources ont indiqué que l'armée de l'air et les troupes terrestres de l'armée nigériane ont infligé "d'énormes pertes en vies humaines" aux terroristes Boko Haram dans la région du lac Tchad" avec l'assassinat de 25 commandants de terroristes de haut niveau au cours des deux derniers mois dans le seul nord-est du lac Tchad.

 

Une source a déclaré que les terroristes et les habitants ont continué à fuir la région générale du lac Tchad vers les pays voisins du Tchad, du Niger et du Cameroun, car ils ont enregistré "d'énormes pertes" dues aux explosions d'engins improvisés non détonés (UIED), utilisés par les insurgés pour fortifier les camps  après des frappes aériennes.

 

Selon la source, "deux commanditaires terroristes étrangers ont été tués lors du raid aérien et de l'assaut terrestre des troupes nigérianes dans leurs camps. Pendant les opérations, la plupart des commandants étrangers ont fui, laissant derrière eux quelques commandants locaux qui se déplacent autour de Tumbun Kibiya, Tumbun Alura, Tumbun Kurna et Kayewa où leurs combattants se sont installés après avoir récemment frappé Sabon Tumbun et Tudun Wulgo.

 

Les Tumbus sont maintenant pratiquement laissés aux mains des habitants locaux qui ont été recrutés de force ou enlevés dans la secte, principalement dans les zones de gouvernement local (LGA) de Mobbar, Abadan, Guzamalla, Kukawa et Marte de l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

 

"Les combattants terroristes locaux auraient également été recrutés de force, ainsi que quelques Budumas qui sont restés en arrière pour tenir bon en prévision d'une élévation de leur statut, qui ne leur permet pas, pour la plupart, d'utiliser certaines armes de soutien laissées par les commandants en fuite. On s'attend à une protestation imminente et massive dans les camps de l'ISWAP, car certains combattants ont commencé à accuser les dirigeants de les avoir induits en erreur alors que, d'autre part, les mères des enfants soldats formés appellent également leurs enfants à déposer les armes et à se rendre".

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/KLJ/2020

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3798 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES