Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Le projet d'accord de cessez-le-feu, "un paquet à accepter ou à refuser", selon chef de la délégation gouvernementale

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 26  février (Infosplusgabon) - Le chef de la délégation du gouvernement d'union nationale au Comité militaire conjoint libyen 5 + 5, le général de division Ahmed Abou Chahma, a affirmé que le projet de cessez-le-feu convenu à l'issue des réunions des pourparlers à Genève est un "paquet à accepter ou à refuser".

 

Le général Abou Chahma a souligné que "ce que le Comité a présenté est un paquet soit à accepter, soit à refuser", assurant: "Nous ne portons pas la responsabilité du sang libyen qui coule du fait de l'intransigeance et du rejet de l'autre partie".

 

Il a déclaré, cité par un communiqué publié mardi par le site de l'opération militaire "Volcan de la colère", que "ce que le Comité (5+5) a discuté avec la mission (onusienne) sur le cessez-le-feu est basé sur une constante, qui est le retrait de l'agresseur de la capitale jusqu'aux positions avant la date du premier avril 2019, en plus d'assurer le retour des déplacés et le retour de la normalité au sud de la capitale".

 

Le général Abou Chahma a ajouté, à la fin du deuxième round de négociations: "Nous affirmons que le sang des martyrs et les sacrifices des héros dans les axes de combat et la souffrance des blessés et des familles des martyrs et des déplacés sont constants et ne peuvent être abandonnés".

 

Le Comité militaire conjoint libyen 5 + 5 est parvenu à un projet d'accord de cessez-le-feu durable et au rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans les zones civiles à la fin du deuxième round des pourparlers. Les deux parties ont convenu de présenter le projet à leurs dirigeants pour de nouvelles consultations.

 

Le Comité devrait se réunir le mois prochain à Genève pour reprendre les pourparlers et parachever la préparation des missions et des tâches des sous-comités nécessaires à la mise en œuvre de l'accord souhaité, selon le communiqué de la Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL).

 

L'UNSMIL s'est, par ailleurs, réjouie des réactions de la Communauté internationale pour soutenir le dialogue libyen soutenu par la mission de diverses manières.

 

Elle a pris acte de la déclaration conjointe publiée à ce propos par les ambassades de France, d'Allemagne, d'Italie, du Royaume-Uni, des États-unis d'Amérique et de l'Union européenne, ainsi que des déclarations du ministre saoudien des Affaires étrangères, selon un communiqué publié mardi sur son site.

 

La mission a renouvelé son "appel aux différentes parties libyennes à placer l'intérêt de la Libye et des Libyens au-dessus de toute autre considération afin d'accélérer la fin des souffrances de leurs familles qui paient un lourd tribut pour chaque jour de retard".

 

Les Etats-unis et les pays européens ont publié un communiqué conjoint exprimant "leur aspiration au lancement des négociations politiques sous les auspices des Nations unies demain, mercredi, comme stipulé dans la résolution 2150 du Conseil de sécurité des Nations unies", en référence à la voie politique du dialogue à Genève.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/KLJ/2020

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3810 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES