Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les attaques illégales à Tripoli pourraient constituer des crimes de guerre, selon Amnesty International

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 16 mai (Infosplusgabon) - Six semaines après que le chef de l'armée nationale libyenne (LNA), Khalifa Haftar, a lancé son attaque pour prendre la capitale libyenne, Tripoli, l'offensive a abouti à des attaques illégales pouvant constituer des crimes de guerre qui doivent faire l’objet d’enquêtes menées par les procureurs internationaux.

 

C'est le verdict du groupe de défense des droits de l'homme, Amnesty International, qui a révélé jeudi des preuves d'attaques aveugles contre des zones civiles dans la capitale libyenne.

 

L'organisation a indiqué dans un communiqué publié sur son site Internet qu'elle avait recueilli des témoignages et analysé des images satellitaires indiquant que des zones résidentielles densément peuplées du district d'Abou Salim à Tripoli avaient été attaquées à la roquette lors d'un épisode de violents combats entre le 15 et le 17 avril.

 

Amnesty International a également signalé des attaques qui ont mis en danger la vie de centaines de réfugiés et de migrants.

 

«Alors que la bataille pour Tripoli se déroule, les parties belligérantes ont fait preuve d'un mépris honteux pour la sécurité des civils et le droit international humanitaire en menant des attaques aveugles contre des quartiers résidentiels. De telles attaques téméraires pourraient avoir des conséquences dévastatrices pour les civils et renforcer la nécessité pour la Cour pénale internationale d'élargir ses enquêtes sur d'éventuels crimes de guerre commis par toutes les parties au conflit libyen», a déclaré la directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International, Magdalena Mughrabi.

 

«Les attaques délibérées contre des civils et des biens appartenant à des civils et les attaques aveugles qui tuent ou blessent des civils constituent des crimes de guerre. En vertu du droit international, toutes les parties ont l'obligation absolue de protéger la vie des civils et de faire clairement la distinction entre civils et combattants lors de leurs attaques", a-t-il ajouté.

 

Depuis le début de l’avancée sur Tripoli par les forces de Haftar, le 4 avril, plus de 454 personnes ont été tuées et 2 154 blessées, selon l’Organisation mondiale de la santé.

 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a confirmé qu’il y a eu 111 victimes civiles, dont au moins 23 morts, craignant que le nombre de victimes ne continue de croître. Le personnel médical fait partie des morts et des blessés.

 

Environ 70 000 personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons à cause des combats. Un volontaire vivant dans un abri de fortune hébergeant des personnes déplacées dans une école à Fornaj, au sud-est de Tripoli, a déclaré qu'une partie des personnes déplacées avait vu leurs maisons reconstruites à la suite du conflit de 2011.

 

La situation humanitaire s'est également détériorée avec de fréquentes coupures de courant et une pénurie de matériel médical hospitalier.

 

Selon le communiqué, les forces du gouvernement d'Accord national (GNA) et l'armée nationale libyenne autoproclamée se sont mutuellement accusées d’être à l’origine des attaques indiscriminées perpétrées le 16 avril contre des quartiers résidentiels du sud de Tripoli. Cependant, tous les résidents d'Abu Salim interrogés ont affirmé que les forces affiliées à la LNA étaient responsables.

 

Selon le communiqué, outre les violations commises au cours des hostilités, l'ONU a signalé une augmentation du nombre de détentions arbitraires, d'enlèvements et de disparitions forcées depuis le début des combats à Tripoli et aux alentours.

 

«L'augmentation des informations faisant état d'enlèvements et d'arrestations arbitraires par les deux parties depuis le début de l'offensive de Tripoli est extrêmement alarmante. Personne ne devrait être visé par un enlèvement ou une arrestation arbitraire sur la seule base de ses antécédents ou de ses affiliations politiques », a déclaré M. Mughrabi.

 

«Le cycle incessant de violations croissantes signifie qu’il est plus que jamais nécessaire pour les Etats de mettre pleinement en œuvre l'embargo sur les armes imposé par l'ONU aux forces libyennes. Un système de responsabilité efficace doit être mis en place pour enquêter sur les violations graves du droit international humanitaire commises par toutes les parties belligérantes et tenir les auteurs pour responsables", a-t-il poursuivi

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/KJH/GABON2019

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3380 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Les articles  diffusés  sur Infosplusgabon  désormais payants

Diffusées  gratuitement  et  bénévolement  et  sans  publicité depuis  2005,  les informations  africaines et  du  reste du  monde de  votre agence de  presse en  ligne vous parviennent  en  quatre  langues  (Français, Anglais,  Portugais et Arabe) depuis plus d'un  mois. Dès le  1er  juin 2019, pour lire en extension les articles  publiés  tous les jours,  vous devez vous abonner  via  contact@infosplusgabon.com  puis effectuer un virement par  paypal  sur  le mail ariellelawson05@yahoo.fr  ou  sur le compte INFOSPLUSGABON domicilé à la Banque  Internationale  pour  le Commerce  et l'Industrie du Gabon (BICIG).

Adresse Banque : Avenue du Colonel PARANT. PO Box 2241  Libreville - GABON. CODE  IBAN : GA21 4000 1090 7340 2044 0005 477 - Code Swift : BICIGALXXXX -  Numero de  Compte 40204400054  Banque  Code Banque : 40001-  Code Agence : 09073. Clé  77.

 

Nos  tarifs :  Vous  recevrez par e-mail  ou sur  votre compte WhatsApp plus de 1000 articles en extension  par  mois et  vous payez votre abonnement par  virement  bancaire ou  par Paypal de 30 euros  par  mois ou un  forfait exceptionnel de  300 euros pour 12  mois. Pour la  période du 1er  juin au 30 juillet 2019,  vous  bénéficiez  exceptionnellement d'une  réduction de 25%.

NOUS  CONTACTER : Le siège de l’Agence de  presse en  ligne  Infosplusgabon se trouve à Libreville, au Gabon. Vous pouvez nous joindre à tout moment au (241) 06066291   ou au (241) 07843371. Et par email 24h/24 : redaction@infosplusgabon.com, contact@infosplusgabon.com et berp8483@hotmail.com.

La  rédaction

DEPÊCHES