Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Liberia : Les populations réitèrent leur demande pour la création d'un tribunal pour juger les crimes de guerre commis durant les guerres civiles.

Imprimer PDF

"Monrovia, Liberia, 15 mai (Infosplusgabon) - Des citoyens libériens ont lancé un appel à l'endroit du président George Weah dans une vidéo diffusée, mardi, par une panoplie de groupes au niveau local et international pour qu'il soutienne la création d'un tribunal pour les crimes de guerre afin de rendre la justice et de faire la lumière sur les atrocités commises durant les guerres civiles libériennes.

 

Human Rights Watch, un organe international en charge de la défense des droits humains, a souligné, dans un communiqué publié, ce mercredi, que la Commission indépendante libérienne des droits humains tiendra une conférence pour faire une évaluation sur les progrès accomplis par rapport aux recommandations faites par la Commission libérienne pour la vérité et la réconciliation.

 

La Commission libérienne pour la vérité et la réconciliation, qui opérait entre 2006 et 2009, avait recommandé la création d'un tribunal pour les crimes de guerre -la Cour pénale extraordinaire du Liberia- pour juger les responsables des atrocités et des crimes graves commis durant les conflits armés de 1986-96 et de 1999-2003.

 

La recommandation n'a cependant jamais été mise en exécution, et aucune personne impliquée dans des abus n'a été traduite devant les tribunaux libériens, a indiqué Human Rights Watch.

 

"La vidéo est un appel émouvant de libériens à l'endroit du président Weah pour qu'il soutienne la création d'un tribunal pour les crimes de guerre", a déclaré Adama Dempster, au nom du Secrétariat pour l'établissement d'un tribunal pour les crimes de guerre au Liberia." Nous espérons que le président Weah va regarder la vidéo et va agir conformément aux intérêts des citoyens libériens qui continuent de réclamer justice." a-t-il ajouté.

 

Durant les guerres civiles au Liberia, les populations avaient souffert d'une violation à grande échelle des droits humains internationaux et du droit humanitaire, tels que des tueries en masse, le viol, et d'autres formes de violences sexuelles, d'exécutions sommaires, de mutilation et de torture, sans oublier l'utilisations des enfants combattants.

 

Le Liberia est tenu en vertu du droit international de s'assurer que les graves abus et violations fassent objet d'enquêtes et que les coupables soient traduits devant la justice, d'après Human Rights Watch.

 

Selon toujours la sentinelle des droits humains, 10 personnes de différentes couches sociales qui avaient pris part à une conférence nationale sur la responsabilité à Monrovia, en novembre 2018, sont montrées à travers la vidéo plaidant et expliquant les raisons pour laquelle une Cour spéciale est nécessaire, avant de lancer leur appel à l'endroit du président Weah pour qu'il soutienne leur démarche.

 

"Nous vous supplions pour la mise sur pied d'un tribunal pour les crimes de guerre au Liberia".

 

"Sans une justice et une reddition des comptes dans ce pays, la nation pourrait glisser à nouveau dans ses moments sombres".

 

"Président Weah, nous vous demandons de considérer la justice comme une priorité".

 

Human Rights Watch a également indiqué que l'élan en faveur d'une justice continue de croître dans le pays. Les Libériens ont organisé des marches, dont la plus récente date du mois de novembre 2018, pour l'établissement d'une Cour de justice pour les crimes de guerre, et ont également fait des pétitions adressées à l'Assemblée nationale pour la mise en œuvre des recommandations de la Commission pour la vérité et la réconciliation.

 

Les citoyens libériens, les Africains et les organisations internationales non-gouvernementales, ont formé un seul bloc pour plaider en faveur de la justice au Liberia et ont soumis un document au comité des Nations Unies pour les droits humains sur la nécessité de la tenue de procès pour les crimes passés commis au Liberia. L'association des avocats libériens a également offert son soutien au combat.

 

Le comité des droits humains des Nations Unies avait lancé un appel au mois de juillet 2018 au gouvernement libérien pour qu'il publie dans un an un rapport sur l'état d'avancement du dossier relatif aux auteurs de crimes de guerre afin de rassurer la population par rapport à la traduction devant la justice des personnes incriminées.

 

"Le président Weah a une opportunité de soutenir les victimes et leurs familles en établissant un tribunal pour les crimes de guerre au Liberia", a indiqué Elise Keppler, directeur international associé au niveau de Human Rights Watch. "Il devrait s'atteler à travailler avec les Nations Unies et d'autres partenaires internationaux pour la mise sur pied d'une Cour qui peut tenir des procès équitables, crédibles, et transparents", a-t-il préconisé.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AAP/GABON2019

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3331 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Les articles  diffusés  sur Infosplusgabon  désormais payants

Diffusées  gratuitement  et  bénévolement  et  sans  publicité depuis  2005,  les informations  africaines et  du  reste du  monde de  votre agence de  presse en  ligne vous parviennent  en  quatre  langues  (Français, Anglais,  Portugais et Arabe) depuis plus d'un  mois. Dès le  1er  juin 2019, pour lire en extension les articles  publiés  tous les jours,  vous devez vous abonner  via  contact@infosplusgabon.com  puis effectuer un virement par  paypal  sur  le mail ariellelawson05@yahoo.fr  ou  sur le compte INFOSPLUSGABON domicilé à la Banque  Internationale  pour  le Commerce  et l'Industrie du Gabon (BICIG).

Adresse Banque : Avenue du Colonel PARANT. PO Box 2241  Libreville - GABON. CODE  IBAN : GA21 4000 1090 7340 2044 0005 477 - Code Swift : BICIGALXXXX -  Numero de  Compte 40204400054  Banque  Code Banque : 40001-  Code Agence : 09073. Clé  77.

 

Nos  tarifs :  Vous  recevrez par e-mail  ou sur  votre compte WhatsApp plus de 1000 articles en extension  par  mois et  vous payez votre abonnement par  virement  bancaire ou  par Paypal de 30 euros  par  mois ou un  forfait exceptionnel de  300 euros pour 12  mois. Pour la  période du 1er  juin au 30 juillet 2019,  vous  bénéficiez  exceptionnellement d'une  réduction de 25%.

NOUS  CONTACTER : Le siège de l’Agence de  presse en  ligne  Infosplusgabon se trouve à Libreville, au Gabon. Vous pouvez nous joindre à tout moment au (241) 06066291   ou au (241) 07843371. Et par email 24h/24 : redaction@infosplusgabon.com, contact@infosplusgabon.com et berp8483@hotmail.com.

La  rédaction

DEPÊCHES