Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Libye: l'ONU condamne l'évacuation forcée d'un camp de déplacés de Tawergha à Tripoli

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 10 août (Infosplusgabon) - Le Bureau des Nations Unies en Libye a vigoureusement condamné l'expulsion forcée de familles de déplacées de Tawergha du camp de Tarik Al-Matar tôt, vendredi à Tripoli, les laissant sans abri, une deuxième fois en sept ans.

 

"Entrer dans un camp de personnes déplacées alors que les gens dorment, démolir des maisons et forcer les gens à fuir, les rendant sans abri, viole leur dignité et leur droit à la protection des lois internationales sur les droits humains et humanitaires",  a indiqué le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, Ghassan Salamé, cité par un communiqué publié, vendredi, par la Mission d'Appui des Nations Unies en Libye (UNSMIL).

 

Le camp, qui abrite environ 2.000 déplacés de l'intérieur du pays, a déjà été perquisitionné au cours de la semaine par un appareil de sécurité de Tripoli, entraînant la détention de plus de 80 personnes déplacées, dont quatre mineurs, accusées d'activités criminelles, a ajouté la même source.

 

La Libye est tenue d'empêcher les déplacements, de protéger et d'aider les personnes déplacées et d'identifier des solutions durables, a indiqué l'UNSMIL qui a exhorté les autorités libyennes à fournir un abri et une protection aux personnes déplacées expulsées, à libérer les personnes détenues arbitrairement et à traduire en Justice les personnes soupçonnées d'avoir commis des crimes.

 

L'ONU est prête à fournir une aide humanitaire aux personnes touchées et à travailler avec les autorités pour trouver des solutions durables pour toutes les personnes déplacées en Libye, précise-t-on.

 

Accusés d'avoir participé à la répression de la ville de Misrata lors de la révolution du 17 février 2011 contre le régime de Mouammar Kadhafi, les habitants de Tawergha ont été chassés de leur ville depuis plus de sept ans.

 

Un accord de réconciliation entre Tawergha et Misrata signé sous l'égide de l'UNSMIL et validé par le Conseil présidentiel libyen a permis récemment après plusieurs échecs le retour de certains habitants de Tawergha, en attendant la viabilisation de leur ville abandonnée, il y a plus de 7 ans.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AZA/ GABON 2018

 

 

© Copyright  Infosplusgabon

 

 

Qui est en ligne!

Nous avons 1826 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES