Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

France : La résistance pacifique légale des Pieds-Noirs pour ne pas se faire oublier !

Imprimer PDF

PARIS, 28 avril (Infosplusgabon) -  Où est partie  la France  que  nous  aimions ?  De nos jours, la presse   ne manque pas de  relater l’insécurité qui  sévit  dans  de  nombreux  quartiers en  France. Le terme de quartiers  sensibles est  souvent employé. En parcourant la  liste   des quartiers où  certains  d’entre  nous  ont  vécu dans  les années 60,   ou  ont côtoyé  des lieux délabrés, des familles tenaillées par la peur, des trafics de toutes sortes, la misère de partout, on comprend mieux où nous en sommes arrivés…

 

Les Français acceptent cette dégradation qui transforme la France en un immense camp de réfugiés. Les conflits entre communautés, entre bandes rivales vont se multiplier. Nous ne l'ignorons pas. Nous sommes partis de ces quartiers sensibles, justement à cause de cela. Une communauté remplace l'autre mais ce n'est pas pour autant que la misère est éradiquée.

 

Pas plus que, dans le temps, la France des bidonvilles était appréciée par nos contemporains. Les ghettos sont fréquentés  par les  étrangers aujourd'hui mais demain ceux-ci  seront majoritaires et il y aura des ghettos français d'origine.

 

La plupart des Français aisés ont une résidence en France pour faire bonne figure et une résidence ailleurs pour s'évader des lèpres en progression. Cette résidence "ailleurs" devient, peu à peu, leur résidence principale. Ils s'exilent en douceur. Les familles Pieds-Noirs sont dispersées dans ce magma. Mais nous ne pouvons plus vivre comme nous le faisions simplement dans nos villages ou dans

nos quartiers en Algérie, en Tunisie ou au Maroc. C'est pourquoi, nous pensons nous créer un devenir plus serein, ailleurs nous aussi, pour  pouvoir vivre entre nous et transmettre à nos descendants notre spécificité comme l'on fait, pour nous, nos parents.

 

L'un des Maires du sud de la France n'avait-t-il pas déclaré : Que les Pieds-Noirs aillent se faire voir ailleurs ! Ce n'est pas par haine de la France que nous envisageons de partir. Nous avons toujours démontré notre attachement à la Mère Patrie, y compris en versant notre sang, lorsqu'il le fallait.

 

Nous voulons simplement obtenir un petit bout de terre dont nous prendrons le destin en mains et qui deviendra une vitrine de notre manière de vivre et de mourir dignement dans un environnement apaisé.

 

Un crime contre l'humanité a été commis. Les  Pieds-Noirs  en sont les victimes, pas les coupables.

Si le grain meurt, il ne portera plus de fruits.  Des musées rappelleront nleurs existence pendant quelques années puis ils seront fermés, faute de visiteurs, et les souvenirs seront effacés.

Certains pensent à transporter ailleurs le Sanctuaire de Nîmes, dédié à Notre-Dame de Santa

Cruz, parce qu'il serait enclavé et deviendrait dangereux ?

 

Ainsi, est-il  plus que  souhaitable de prendre le destin de chacun  en mains, une dernière fois, pour ne pas avoir de regrets…. Même si les adversaires des  Pieds-Noirs  souhaitent  les  voir exterminés à tout  jamais.  Ce sont les mêmes que ceux  qui veulent voir détruire Jérusalem ou qui souhaitent, maintenant, mettre le feu à Saint-Pierre de Rome.  La France des Mosquées veut en finir avec celle des Églises, des Temples et des Synagogues.

 

Délinquance, violences urbaines, règlements de compte, viols, dealers, trafic d’armes, certains de ces quartiers sont un terreau idéal pour le recrutement de terroristes islamistes. Ils ont été parfois le terrain d’émeutes violentes. La Police a souvent ordre de ne pas y entrer pour ne pas créer de troubles et d’émeutes. L’argent de la drogue finance les achats d’armes.

 

Lister des quartiers sensibles ce n’est pas stigmatiser des populations mais au contraire dénoncer l’abandon dans lequel on laisse ces populations qui sont les premières à souffrir de ces zones de non droit, de cette délinquance, de cette violence.

 

Les premières victimes sont les populations qui y vivent et qui n’ont pas les moyens de partir aller vivre ailleurs ! Elles n’ont d’autre choix que de subir le dictât des gangs, des dealers, des extrémistes…

 

Les quartiers sensibles sont définis selon   différents niveaux   :

 

Niveau 1 : QSN (QUARTIERS SENSIBLES DE NON-DROIT): Quartiers où règnent les bandes et la délinquance avec des faits de violences urbaines, fusillades ou règlements de comptes et trafic en tout genre. Ce sont les quartiers les plus chauds de France considérées comme des zones de non droit.

 

Niveau 2: QSTD: (QUARTIERS SENSIBLES TRÈS DIFFICILES): des faits de délinquance réguliers et de toute sortes. La plupart de ces quartiers ont été auparavant des zones de non droit.

 

Niveau 3 : QSD (QUARTIERS SENSIBLES DIFFICILES): des faits de délinquance assez réguliers, trafic de drogue et toutes sortent de trafics, des nuits de violences urbaines qui peuvent arriver a la suite d’une petite tension.

 

Niveau 4 : QSP (QUARTIERS SENSIBLES PROBLEMATIQUEs):  petite délinquance qui peut être régulières et qui peut exploser a certains moments mais généralement ces quartiers sont calment et font parler d’eux de temps à autres et posent quelques soucis a la ville mais ne sont pas considérés comme chauds.

 

Classement des villes dont certains quartiers sont les plus sensibles de France:

Villes de Niveau 1:

 

93- Aulnay-sous-bois, Montfermeil, Clichy-sous-bois , La Courneuve, St-Denis, Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, Pierrefitte-Stains.

95- Garges-lès-Gonesse, Sarcelles, Argenteuil.

91- Corbeil-Essonnes, Evry, Grigny.

94- Vitry-sur-Seine, Champigny-sur-Marne.

77- Meaux.

78- Mantes-la-Jolie, Les Mureaux, Trappes.

92- Nanterre, Gennevilliers.

75- Paris 18éme, paris 19éme

 

Lire plus  via  le  lien :

 

http://www.citoyens-et-francais.fr/article-la-liste-des-quartiers-sensibles-de-france-ou-regnent-la-delinquance-les-dealers-les-armes-et-les-is-125522553.html

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/BNK/GABON 2018

 

 

© Copyright  Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2783 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash