Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Afrique : Le code de la Communication mis en question à Madagascar par les patrons des médias

LIBREVILLE, 25 juillet (Infosplusgabon)  - Selon l’Agence Ecofin,  un atelier  destiné à l’actualisation du Code de la communication s’est ouvert  mercredi à  Madagascar sans les patrons des médias regroupés au sein du Groupement des éditeurs de presse d’information et de multimédia de Madagacar (Gepimm).



« Dès le mois de mars, nous avons entamé des propositions à faire sur ce code, lesquelles dépassent le cadre de la dépénalisation et du corporatisme et suggèrent des changements de fond pour permettre la pérennisation et la professionnalisation du métier », se plaint sous anonymat un membre du Gepimm, cité par le quotidien L’Express de Madagascar. Les patrons craignent en effet que le prochain code de la communication qui sera adopté par le Parlement, soit trop astreignant pour les entreprises de presse et conduise à leur mort.

Un autre patron de presse dénonce le ministère de la  Communication qui organise l’atelier en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Les organisateurs ont en effet préféré travailler avec le Centre de Presse Malagasy. « Le Cpm est loin de représenter, ni tous les organes de presse, ni les patrons de presse, encore moins l’Ordre des journalistes de Madagascar », critique-t-il. Pour lui, c’est le Gepimm qui devrait remplacer l’Ordre des journalistes qui n’existe pas encore.


Le cadre juridique est au centre des débats. Surtout qu’à Madagascar, les journalistes sont encore incarcérés et la presse en ligne n’a pas de statut juridique. Les web journalistes sont qualifiés de « professionnels du divertissement » et ont été exclus de l’attribution de la carte professionnelle.

FIN/INFOSPLUSGABON/MIN/2014


© Copyright Infosplusgabon

 

Qui est en ligne!

Nous avons 2719 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES