Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Total Gabon considèrerait que le recouvrement fiscal dont elle fait l’objet est sans fondement, selon les Souverainistes

LIBREVILLE,  21  février (Infosplusgabon) - Le groupement de partis  politiques de l’opposition connu sous l’appellation  Les Souverainistes  a  publié  vendredi  un  communiqué par  lequel  il déplore  l’ouverture  d’un audit fiscal  à l’encontre de  Total Gabon,  l’un des  piliers de l’économie  gabonaise et incontournable acteur  majeur  depuis plusieurs décennies en  faveur de  l’économie et donc du  développement  du pays.

 

.

Dans sa réponse,  souligne  le communiqué,  « Total Gabon considère ce recouvrement sans fondement, et conteste tant les chefs de redressement que les montants associés, à savoir 805 millions de dollars (environ 386 milliards FCFA), dont 387 millions de dollars (environ 186 milliards FCFA) en recouvrement partiel, au motif qu’elle a toujours agi en conformité avec les lois de la République gabonaise ».

 

Les Souverainistes constatent, pour le déplorer, que "cette décision est concomitante avec, d’une part, la suppression brutale par le Gouvernement des fonds communs de certains fonctionnaires et, d’autre part, avec la création d’un impôt supplémentaire frappant, entre autres, de très petites activités économiques".

Tout en rappelant l’ancienneté des relations entre l’Etat gabonais et certaines entreprises internationales, ils s’étonnent de  « la curieuse coïncidence entre ces initiatives maladroites qui frappent à la fois Total Gabon, une catégorie de fonctionnaires gabonais et des petits opérateurs privés, et la confirmation, par le Gouvernement, de l’organisation, dans les prochains mois, de deux manifestations financées sur fonds publics : la 2ème édition du Carnaval international de Libreville, et le 3ème New York Forum Africa ».

 

Par ailleurs, des informations concordantes indiquent qu’une autre mesure de redressement fiscal, pour un montant de 160 milliards de francs CFA, devrait très prochainement frapper la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog),  filiale du groupe français Eramet.

 

« Ce qui, en soi, constituerait une preuve supplémentaire de l’insécurité juridique qui caractérise le climat des activités économiques dans notre pays depuis l’arrivée au pouvoir des dirigeants actuels »,  précise le communiqué des Souverainistes.

 

Enfin, ces  derniers  « condamnent avec fermeté toutes ces mesures qui traduisent, en réalité, les soucis de trésorerie d’un gouvernement enclin à la gabegie, et tiennent M. Ali Bongo Ondimba pour seul comptable de toutes les conséquences négatives de ce « terrorisme fiscal », tant au plan de la qualité de vie de nos concitoyens qu’à celui de nos relations avec nos partenaires traditionnels ».

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/POP/2014

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2194 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES